Quand les sentiers ont des oreilles

et que les arbres parlent

Ici, les sentiers ont des oreilles et les forêts murmurent

Ici le soleil joue à saute-montagne au petit matin et le soir, la lune à colin-maillard avec des mélèzes,

Ici, les lacs se miroitent dans le bleu du ciel et les torrents susurrent des messes basses à une nymphe des Alpes.

Voici quelques clés pour lever le voile des enchantements du parc national du Mercantour avec des porteurs de rêves, des ânes car bien vrai, nos chemins ont des oreilles….

lucioles


Laissons Gédéon, notre âne randonneur et philosophe prendre la parole, pardon le braiment :

« En randonnée, quand vous vous promenez avec nous, les ânes vous n’entendez pas le murmure de la forêt, occupés que vous êtes à parler avec les autres ou à papoter avec vos pensées. Et ce grand dialogue intérieur ou extérieur vous empêche de communiquer avec les arbres. Je ne saurai vous conseiller mes conseils sur la randonnée et la méditation...
Depuis le livre «  la vie secrète des arbres » le best seller de Peter Whlleben :« La Vie secrète des arbres » : Best-seller et leçon de bonheur , les arbres ont été découverts et j’en suis bien content car ce forestier allemand invite à une réflexion sur la place dans la nature à travers la fréquentation des arbres . Il était un assassin d’arbres avant de percevoir leur langage.
« j’en savais à peu près autant sur la vie secrète des arbres qu’un boucher sur la vie affective des animaux »

Un gros câlin dans un arbre

Les arbres ont une véritable organisation sociale constituée de solidarité et d’entraide. Leur façon de communiquer entre eux se fait par les odeurs et par les signaux électriques qu’ils émettent. Ils ont également un surprenant réseau racinaire comme une toile souterraine…un peu comme la toile du web!
Ils mettent en place des stratégies où s’échangent des informations sur les insectes environnants, la sécheresse du sol ou des éléments nutritifs. On y apprend comment les populations sylvestres mettent en place des stratégies collectives de défense contre leurs agresseurs, insectes notamment.
Les « parents-arbres » veillent sur leur progéniture.
Voilà donc tout un engouement pour les arbres au moment même où les forêts brûlent en Australie et où les hommes coupent leurs poumons de l’ Amazonie. Ah, les hommes!

Le temps, la géologie et les arbres

Sommet du St Honorat


Villeplane, notre hameau, est adossé à une grande montagne de 2550 m , le St Honorat. En tant que randonneurs émérites, vous vous sentirez certainement appelés par ce beau sommet emblématique de la région… car les montagnes parlent aussi. Couronné d’un roche issue d’une formation géologique exceptionnelle,  le grès d’Annot qualifie une roche sédimentaire constituée de grains de quartz, de feldpath et de débris de roches, cimentés par de la calcite. Les bancs gréseux peuvent atteindre 250 m d’épaisseur.
Les grès d’Annot se sont formés il y a environ 40 millions d’années par des avalanches sous-marines de sable et de vase, leur âge est difficile à évaluer de façon précise en raison du peu de fossiles qu’ils contiennent. A la formation des Alpes, l’ensemble a été fracturé et déformé ce qui lui donne cet aspect pittoresque.
Cette véritable citadelle naturelle de rochers chaotiques est une succession d’alpages recouverts d’une petite herbe tendre dont raffolent les troupeaux d’ovins venus de Provence. Nous les ânes, aimerions bien y passer l’été aussi mais c’est notre tour de travailler à cette époque de l’année. Ses versants presque totalement déboisés permettent une lecture limpide du relief très caractéristique que couronnent les célèbres grès d’Annot.
Et au cours de votre ascension, vous allez croiser des mélèzes ( mon correcteur d’orthographe avait mis mémères à la place, il faut que je me méfie) multi-centenaires. Ils ont connu l’époque de Jeanne d’Arc, dans leurs racines, puis les petits troncs ont entendu que Copernic venait de démontrer que la Terre tournait autour du soleil. AU 18 et 19 eme siècle, ils ont vu d’en haut le petit hameau de Villeplane bruissant de vie, plus de 100 personnes s’affairant dans une montagne pleine de travaux des champs, de cris d’enfants, de braiments de mes comparses les ânes qui étaient à la peine, bien plus qu’aujourd’hui. Il ne s’agissait pas à l’époque de paresser en broutant avec une gentille famille qui s’échine à vous faire avancer en brandissant une carotte. A ce sujet, je vous rappelle que ce n’est pas la bonne formule. Une petite badine convaincante fera l’affaire et souvenez-vous qu’on a subi tellement d’avanies dans les temps anciens que nos cuirs sont durs et qu’une légère tape ne saurait nous faire mal et n’égratigne que notre égo d’âne qui ne cherche qu’à vous tester.Voyez nos conseils pour faire avancer un âne.

Villeplane dans les années 1930

Les chemins ont des oreilles


Le long des sentiers, nous, ânes, avons nos radars écarquillés : nos oreilles entendent tout du murmure des arbres..
Il parait que le mois de mars est celui de la forêt pour venir en aide aux poumons de la planète.
C’est l’association https://www.reforestaction.com/blog qui s’en charge.

Quels sont les bienfaits de nos forêts ?

Les arbres nous parlent sur les chemins du Mercantour


Symboles de vie, de sagesse et de pérennité, les arbres sont au cœur de nos vies. Pourtant, bien souvent, nous ignorons la majorité des bénéfices et bienfaits qu’ils nous apportent. Découvrons tous les secrets de ces êtres merveilleux, et leur impact dans nos vies.
Dans son ouvrage publié aux éditions J’ai Lu,  » les émotions cachées des plantes » Didier Van Cauwelaert révèle le vaste panel d’émotions éprouvées, à notre insu, par les plantes qui nous entourent. Quand je broute les plantes, j’ai comme de la reconnaissance pour elles. Je me sens relié à la nature. D’ailleurs la nature vous parle en ce moment, oui à vous, les humains. Elle vous dit que vous avez un peu exagéré et qu’il est temps d’arrêter d’être sourd, c’est un âne qui vous le dit ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *